être un cordon bleu cuisine expression Megadico

« Être un cordon bleu »

Expression

Par Vercingétorix

4-11-2022

 

Préparez vos ingrédients comme le blanc de boulet, le bacon, des œufs, du fromage et bien évidemment la chapelure car aujourd’hui on parle de la fameuse escalope pannée.

Mais, est-ce qu’on parle réellement de ce plat lorsqu’on utilise l’expression « être un cordon bleu » ? Quelle est le sens exact de cette locution ? Quelle est son origine dans la grande histoire de la langue française ? Comment peut-on l’employer en bon français ? On répond à toutes ces questions dans l’article qui suit.

 

Sommaire

  • La signification de l’expression du jour
  • L’histoire derrière les mots
  • Le bon usage avec des exemples

 

La signification de l’expression du jour

 

La locution « être un cordon bleu » se compose des éléments suivants :

  • le verbe auxiliaire « être »
  • le groupe nominal « un cordon bleu » qui désigne un ruban de couleur bleue ou une recette de cuisine à base de poulet voire de dinde

Mot à mot, il s’agit donc d’être soit un ruban bleu, soit une escalope pannée ce qui ne nous avance pas beaucoup dans la compréhension de cette locution. En réalité, l’expression du jour signifie : être un excellent cuisinier ou une excellente cuisinière. Une personne qui est un cordon bleu possède un vrai talent pour préparer des plats et épater famille, amis ou collègues.

Mais d’où vient l’association entre le cordon de couleur bleue et l’excellence culinaire ?

 

L’histoire derrière les mots

 

Les origines de l’expression « être un cordon bleu » ne sont pas vraiment claires, il faut donc s’intéresser à deux époques pour essayer de comprendre l’histoire cachée derrière la locution du jour : les mérites de la noblesse au XVIe siècle et la gastronomie française au XIXe siècle.

Les mérites de la noblesse au XVIe siècle

En 1578, le royaume de France est durement marqué par les guerres de Religion entre catholiques et protestants. Le roi Henri III décide de créer l’ordre du Saint-Esprit pour récompenser les nobles catholiques les plus méritants. C’est le premier ordre de la monarchie française et aussi le plus prestigieux. Les membres de l’ordre ou chevaliers portaient la croix de Malte attachée à un ruban bleu porté en écharpe et aussi appelé cordon.

Si la distinction a été abolie durant la Révolution française et remplacée par la Légion d’honneur, créée en 1802 par Napoléon Bonaparte, la locution « cordon bleu » continue à représenter un symbole de grandeur, de supériorité et de mérite comme ceux qui avaient autrefois reçu cette récompense des mains du roi.

La gastronomie française au XIXe siècle

Mais vous allez me dire : quel est donc le lien avec la cuisine ? On raconte que les membres de l’ordre du Saint-Esprit avaient pour habitude de se rencontrer autour d’une belle table et de célébrer la gastronomie française en dégustant de bonnes bouteilles et des mets savoureux. Cette anecdote a du inspirer la journaliste Marthe Distel qui a publié en 1895 le premier journal de cuisine intitulé « La cuisinière cordon bleu ».

Face au grand succès de ce livre, la journaliste a organisé des démonstrations de cuisine et a même créé, avec l’aide du grand chef Henri-Paul Pellaprat, des écoles de cuisine appelées « Le Cordon bleu ». Ces établissements privés forment à l’art culinaire français et au management hôtelier. Aujourd’hui, on compte pas moins de 35 écoles réparties dans 20 pays différents. Pour sûr, tous les étudiants et toutes les étudiants qui suivent ces formations sont des cordons bleus !

 

Le bon usage avec des exemples

 

L’expression « être un cordon bleu » appartient au langage courant, on la croisera aussi bien à l’écrit qu’à l’oral. C’est une locution assez flexible qui peut se retrouver au singulier comme au pluriel, conjuguée ou simplement à l’infinitif et qui concerne un homme ou une femme.

Il est possible d’utiliser une version raccourcie en écrivant seulement le groupe nominal « un cordon bleu ».

Exemples :

« Ma grand-mère Margot est un véritable cordon bleu : tous ses plats sont délicieux ! »

« Je ne veux pas me vanter mais ce soir, c’est une cuisine de cordon bleu. »

« Je suis surpris par les talents de ton fils en cuisine ! C’est un vrai petit cordon bleu. »

 

Mots associés : ordre du Saint-Esprit, excellence, cuisine, gastronomie

 

Ne laissez pas tomber votre bon vieux cordon bleu pour autant ! En cuisine, les plats les plus simples sont souvent les meilleurs.

Pour le moment, retenez que l’expression « être un cordon bleu » n’a probablement rien à voir avec la cuisine à l’origine car elle venait de l’ordre du Saint-Esprit qui récompensait les nobles catholiques d’un ruban bleu au XVIe siècle. Par la suite, le cordon bleu a symbolisé l’excellence en matière d’art culinaire français.

920

1