film on n’est pas sorti de l’auberge expression Megadico

« Ne pas être sorti de l'auberge »

Expression

Par Vercingétorix

20-10-2022

 

En général, l’auberge est un endroit agréable et authentique, situé sur la place principale d’un village ou d’une petite ville, où l’on mange bien et dort en toute quiétude. L’expression du jour « ne pas être sorti de l’auberge » semble donc vouloir dire prendre son temps et apprécier son repas dans un cadre idyllique.

Est-ce vraiment la signification de la locution ? Quelle est son histoire ? Comment peut-on l’utiliser en bon français ? On répond à toutes ces questions dans l’article qui suit.

 

Sommaire

  • La signification de l’expression du jour
  • L’origine derrière les mots
  • Le bon usage avec des exemples

 

La signification de l’expression du jour

 

La locution « ne pas être sorti de l’auberge » se compose des éléments suivants :

  • le verbe auxiliaire « être » à la forme négative
  • le participe passé « sorti » qui signifie quitter un lieu
  • le groupe nominal « de l’auberge » qui désigne donc l’endroit que l’on quitte

Mot à mot, il s’agit de ne pas être prêt de quitter l’auberge. En réalité, l’expression du jour signifie : ne pas en avoir terminé avec les ennuis et les problèmes. Une personne qui n’est pas sortie de l’auberge connaît une situation difficile et elle a du mal à s’en sortir.

L’expression française « ne pas être tiré d’affaires » rejoint également ce sens. Dans le registre vulgaire, il existe aussi une locution très imagée qui fait sourire (même si on a mal pour la personne concernée!) : « ne pas avoir le cul sorti des ronces ».

Mais pourquoi avoir associer la paisible auberge à une situation problématique dont on ne se sort pas ?

 

L’origine derrière les mots

 

Les spécialistes de la langue française n’ont pas de réponse claire sur le sujet des origines de la phrase « ne pas être sorti de l’auberge ». Essayons de présenter les deux hypothèses les plus probables : l’argot des prisonniers et l’auberge rouge de Peyrebeille.

 

  • Argot des prisonniers

La première explication remonte au XVe siècle dans la France des brigands et voleurs. En effet, les criminels finissaient tôt ou tard en prison et y développaient un langage très particulier fait de codes et de métaphores. L’auberge est justement un synonyme de prison car on donnait aux détenus « le gîte et le couvert » comme dans la maison où on mange et où on passe la nuit.

Il existe tout de même une différence de taille entre l’auberge de village et la prison, c’est l’absence de liberté ! Ironiquement, les personnes captives s’imaginaient à l’auberge mais elles n’étaient pas prêtes d’en sortir. L’expression du jour est progressivement passée du sens propre au sens figuré mais l’idée de situation malheureuse, de tourments est restée.

 

  • L’auberge rouge de Peyrebeille

La deuxième hypothèse nous transporte au XIXe siècle dans la département de l’Ardèche. L’auberge de Peyrebeille a été le théâtre de faits divers macabres car une cinquantaine de voyageurs y furent assassinés par le couple Martin qui dirigeaient l’établissement. Après un long procès, les tenanciers furent condamnés et guillotinés dans la cour de leur auberge.

Effectivement, les malheureux voyageurs qui passaient par Peyrebeille n’étaient pas prêts de sortir de l’auberge car ils y étaient tués ! Ces faits divers ont durablement marqué les esprits et cela peut expliquer pourquoi l’expression du jour signifie avoir des ennuis et ne pas en sortir indemne.

 

Le bon usage avec des exemples

 

La phrase « ne pas être sortir de l’auberge » appartient clairement au langage familier et populaire. On l’utilisera surtout à l’oral, même s’il est possible de croiser l’expression à l’écrit.

La locution s’écrit toujours avec la forme négative et on peut aussi trouver la variante : « on n’est pas sorti de l’auberge ». Elle désigne toujours une personne qui se trouve dans une situation compliquée et a du mal à résoudre ses problèmes.

Exemples :

« Votre père est tombé en panne pour la troisième fois sur la rocade de Bordeaux : on n’est pas sorti de l’auberge les enfants ! »

« Jules n’arrive pas à se séparer d’Amandine. Il n’est pas encore sortir de l’auberge. »

« Avec un entraîneur aussi incompétent, l’équipe de foot de Romorantin n’est pas sortie de l’auberge. »

 

Pour compléter, on peut remarquer que nos amis anglais et québecois utilisent la formule suivante : « on n’est pas sorti du bois ». L’expression désigne un endroit bien moins hospitalier que l’auberge, une forêt sombre et profonde où il ne fait pas bon se perdre !

 

Mots associés : ne pas être tiré d’affaires, ne pas avoir le cul sorti des ronces

 

Qu’elle soit espagnole ou de jeunesse, l’auberge reste un lieu accueillant et convivial où on passe de bons moments. A condition bien sûr de ne pas s’arrêter à l’auberge rouge de Peyrebeille !

Pour le moment, retenez simplement que l’expression « ne pas être sorti de l’auberge » désigne une personne qui connaît une situation difficile et qui a du mal à s’en sortir. Elle tire probablement son origine de l’argot des prisonniers français au XVe siècle et de faits divers sordides survenus dans une auberge en Ardèche.

 

647

1