ce n

« Ce n’est pas la mer à boire »

Expression

Par Vercingétorix

13-10-2022

 

Rappelez-vous cet ami qui voulait vous rassurer lorsque vous traversiez une situation pénible et qui sortait à coup sûr la fameuse formule : « allez, ne t’en fais pas ! Ce n’est pas la mer à boire ! ». Relativiser c’est bien mais on va d’abord essayer de comprendre cette expression à base d’eau salée et de poisson puis jeter un coup d’œil à son histoire. On embarque sur l’océan des expressions françaises?

Sommaire

  • La définition de l’expression
  • L’origine de la locution
  • L’utilisation avec plusieurs exemples

La définition de l’expression

 

La phrase « ce n’est pas la mer à boire », qu’on peut aussi rencontrer sous la forme plus familière « c’est pas la mer à boire » se compose :

  • du verbe auxiliaire « être » conjugué à la troisième personne du singulier

  • du nom féminin singulier « mer »

  • du verbe « boire » à l’infinitif

« Ce n’est pas la mer à boire » signifie qu’une action ou une situation n’est pas si difficile ou compliquée que cela. L’expression invite à relativiser, à ne pas trop s’en faire. On peut trouver des synonymes à travers d’autres verbes ou groupes verbaux comme « dédramatiser », « prendre à la légère » ou avec des adjectifs du possible tels que « faisable » ou « réalisable ».

 

L’origine de la locution

 

L’histoire de l’expression du jour est bien connue puisqu’elle est liée à une source très précise. En effet, le célèbre poète Jean de la Fontaine écrit en 1678 dans la fable Les Deux Chiens et l’Âne mort :

« Si je pouvais remplir mes coffres de ducats ! Si j’apprenais l’hébreu, les sciences, l’histoire ! Tout cela, c’est la mer à boire ».

Ici, le poète utilise l’expression à la forme affirmative pour décrire des actions très difficiles, voire impossibles à réaliser, tout comme le fait de boire toute l’eau contenue dans la mer. C’est donc une métaphore ou une analogie entre deux éléments qui n’ont a priori rien à voir pour renforcer le sens d’une phrase. On associe le verbe « boire » et l’immensité d’eau salée que représente la mer pour parler de difficultés insurmontables.

 

L’utilisation via plusieurs exemples

 

L’expression « c’est la mer à boire » qu’on trouve dans la fable de Jean de la Fontaine n’est plus employée aujourd’hui. On le l’utilise que sous la forme négative « c’est / ce n’est pas la mer à boire ». Voyons quelques exemples pour mieux comprendre l’emploi de la locution.

Exemples :

« Arrête de pleurer et reprend courage ! Une rupture, ce n’est pas la mer à boire ! »

« Le chantier est presque fini, encore quelques jours de boulot. C’est pas la mer à boire»

« Cet examen de langue, tu verras, ce n’est pas la mer à boire. »

 

Mots associés : faisable, réalisable, facile, dédramatiser, relativiser

 

Alors, les expressions françaises, ce n’est pas la mer à boire ! Encore faut-il écrire « mer » avec la bonne orthographe mais ce sera l’objet d’un autre article. Pour aujourd’hui, retenez que cette expression au goût d’eau salée s’emploie seulement sous la forme négative et qu’elle sert à relativiser une action, un travail ou une situation. C’est Jean de la Fontaine qui l’a utilisée pour la première fois au XVIIe siècle dans l’un de ses nombreuses fables.

1074

1